prev  /  next

Sur le chemin de terre

Le sentiment d'un souvenir grandit au cours de promenades oubliées de soi et sans intention à travers le paysage de Thuringe. Les labyrinthes autour des parcelles de mon enfance font revivre l'ambiance d'une présence omniprésente qui m'accompagne encore aujourd'hui comme une expérience mystérieuse. Les présentes photographies documentent la tentative de visualiser une telle rencontre qui relativise le temps.

Ce fragment du monde obtenu avec l'appareil photo, qui transporte l'ambiance vécue dans le paysage et les reflets de la lumière d'un instant infime, est toujours capable de me rappeler qu'une partie de notre être se situe hors du temps. L'extrait documenté du paysage me regarde et rencontre mon regard. Cette rencontre, qui fait revivre le sentiment d'un silence hors du temps vécu dans le paysage, éveille le désir de déchiffrer la magie de cette présence, de la comprendre et de la rendre disponible. La mélancolie qui habite les photographies confirme cependant ici aussi l'expérience de détruire cette réalité fugitive par une telle tentative.

Il reste la connaissance et le sentiment d'une origine inconnue des choses visibles, le pressentiment de Sophocle d'un Le monde enchanté, d'un monde qui se chante, qui s'anime. La rencontre entre le fragment de réalité visualisé qui me regarde et qui croise mon regard, l'ambiance fugace de cette présence silencieuse et cet instant vécu comme intemporel, reste un mystère et déclenche à nouveau l'envie de participer à l'indicible.